Wednesday, March 08, 2006

Louis-Ferdinand Celine

One of the few contemporaries writers to entertain me, Jim Knipfel, writes of reading Celine



Those who don't know this, should know this...many of the great writers , the great modern writers who had something worth saying were condemned at least one time or another with wearing the moniker of anti-Semite.




This site, part of "Exquisite Corpses", contains among other things (like Celine poetry) one his four "controversial" pamphlets, for which Celine was jailed and once even was sentenced to death for by the victorious Allied powers, namely "Mea Culpa" (1937) which was the first one, relatively short and "only" anti-Communistic. And it was followed by longer and rabidly anti-Semitic "Bagatelles pour unMassacre" (1938), L'Ecole des Cadavres" and "Beaux Draps" (1941).
The French original is always better, after all, "Exquisite Corpses", seems to rely on a Jew translator.

2 Comments:

Anonymous lulu said...

Celine is amongst the literary giants of the 20th century. Apart from his literary skill and talents he also had the intelligence and political acumen to assess situations and political developments.

4:30 AM  
Blogger Raphaël Zacharie de Izarra said...

(Un texte peu connu de Louis-Ferdinand Céline)

MISANTHROPE

Les autres m'indisposent.

Je ne souffre pas la proximité de mon prochain. J'abhorre ce qui ne me ressemble pas, celui qui ne porte pas le même chapeau que moi, ceux qui ne mangent pas le foin servit dans mon écurie, l'humanité qui ne boit pas à la fontaine sise dans mon petit verger, et en définitive n'aime que moi-même.

Répondre "Bonjour" à un autre "Bonjour" étant pour moi un authentique supplice matinal, on me traite de mal élevé sous prétexte que je rends la politesse sous forme de hautain silence précédé d'un ou deux puissants crachats en direction de mes agresseurs. Incompris de tous, j'ai fini par adopter le port de gants roses et de dentelles blanches autour du cou accompagnés d'une discrète arrogance au bord des lèvres. J'ai remarqué que cela faisait médire encore plus, avivait des passions funestes à mon endroit...

Aux foules agitées qui me cherchent des noises avec leurs incompréhensibles allées et venues, aux passants pressés qui me frôlent dans la rue comme si je n'existais pas et dont les visages méconnus ne m'inspirent que méfiance, haine, dégoût, je préfère la douce, calme compagnie des tombes. Elles au moins me foutent la paix. Je fuis tout ce qui s'apparente à un bipède en mouvement. Je me venge des vivants en allant régulièrement narguer les morts dans les cimetières.

Lors de mes visites aux hôtes bien éduqués des nécropoles, qui pas une fois n'ont eu l'outrecuidance de m'importuner, je puis cracher sans entrave sur tous les Dupont que je croise. Décalcifiés depuis des lustres, débarrassés de tout orgueil mal placé, couverts de dalles, de stèles et de terre grasse, eux ne trouvent rien à redire à mes jets de salive.

J'en ai conclu que dans ce monde les hommes les plus fréquentables sont ceux qui se trouvent à six pieds sous mes semelles.

Louis-Ferdinand Céline

4:28 AM  

Post a Comment

<< Home